Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques Culturelles
  • Chroniques Culturelles
  • : De l'actu en général, principalement dans le domaine culturel. Bonnes lectures à vous, Jolies découvertes...
  • Contact

Texte Libre

Chroniques Culturelles

Recherche

Catégories

Liens

16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 09:59


Sonia Alain est une éducatrice, relationniste et auteure de romans historiques tels que Le masque du gerfaut publié en 2009, L'amour au temps de la Guerre de Cent Ans - Tome 1 la tourmente paru en 2012 chez Les Editeurs Réunis et le Tome 2 l'insoumission en 2013.





Page-couverture--L-amour-au-temps-de-la-Guerre-de-Cent-Ans-.jpgNous sommes en l’an 1346. La guerre en France fait rage, opposant le roi Philippe VI de Valois à son homologue anglais Édouard III. Jeanne de Belleville, une Bretonne de haute noblesse, voit sa vie détruite par l’interminable conflit. Animée par un désir de vengeance après avoir perdu son époux dans des circonstances horribles, elle déclenche des hostilités contre le monarque français. Édouard s’empresse alors d’accorder son appui à cette dame qui, l’espère-t-il, l’aidera à vaincre le seigneur Joffrey de Knox, un de ses plus dangereux ennemis.Knox, un transfuge anglais et guerrier redoutable dans le camp adverse, a renoncé à tout ce qui le définissait auparavant par amour pour son épouse Anne de Vallière. Lui qui se battait jadis dans l’armée d’Édouard III a pris les armes aux côtés du roi français, une trahison que le souverain anglais ne peut lui pardonner.Les batailles sont légion durant la terrible guerre de Cent Ans. Les ennemis sont partout, les complots et les trahisons se multiplient. Et pour ajouter du drame à cette grande noirceur, la peste menace de décimer le peuple. Anne de Vallière fera tout en son pouvoir pour épargner son époux et ses enfants de ces malédictions, se montrant aussi rusée que ses détracteurs. Au coeur de l’adversité, trouvera-t-elle la force de faire face à son destin ?

 

 

« Une petite embarcation peinait à progresser sur la rivière qui serpentait la Loire. Un individu, aux iris d'un bleu acier, fixait les deux pêcheurs qui ramaient avec énergie. Immobile, Rémi attendait, ses cheveux blond cendré flottant librement sous la brise légère. Il y avait plusieurs jours déjà qu'il avait quitté l'Angleterre, et il pestait contre les mauvais tours que lui avait joué dame Nature en déchaînant les flots de la Manche lors de sa traversée. Il avait perdu un temps considérable et espérait ne pas arriver trop tard au château de Clisson, car il devait y délivrer un message de la plus haute importance de la part d'Edouard III. Celui-ci avait d'ailleurs spécifié que ce parchemin ne devait sous aucun prétexte se retrouver entre les mains de l'ennemi. »


C'est ainsi que nous entrons progressivement dans "La tourmente" décrite par Sonia Alain, au coeur de la guerre de cent ans. C'est ainsi que le lecteur fait, peu à peu, connaissance avec Joffrey et Anne de Knox, un couple auquel on s'attache et s'identifie forcément au cours de la lecture. Ils ont un enfant, Charles-Edouard.


Joffrey, vassal du Roi de France, part durant des mois à la guerre, laissant femme et enfant au château.
La Dame de Knox se fera enlever pour être conduite aux mains de Lady Jeanne de Belleville. Une traversée bien complexe jusqu'en Angleterre. Un sir John bien décidé à parvenir à ses fins. Et emprisonnement à la tour Blanche tant redoutée…

 

« Anne toussait et crachait, tout en demeurant affalée sur la rive ouest de la Sèvre. Epuisée, elle resta immobile, le corps tremblant. Sa tempe droite bourdonnait douloureusement et du sang s'écoulait de la blessure qu'elle s'était faite en heurtant un rocher au passage. Ce plongeon vertigineux dans le vide l'avait effrayée considérablement et son entrée brutale dans l'eau glaciale avait engourdi ses sens. Entraînée par les rapides, il lui avait été impossible de résister. En cet instant fatidique, seul son instinct de survie l'avait empêchée de couler. Elle avait parcouru une distance prodigieuse depuis Clisson et se trouvait plus loin, en aval. [...] Avec lenteur, Anne roula sur le dos et eut tout juste le temps de remarquer le ciel bleu limpide au-dessus d'elle avant de sombrer dans les abîmes de l'inconscience. »


Trois cent dix-sept pages de pures aventures à nous en couper le souffle. La romancière nous tient en haleine, impossible d'interrompre la lecture avant d'en savoir plus. Page après page, tourment après tourment, on se surprend à tressaillir pour Anne de Knox, que l'on s'imagine d'une beauté sans nom. Le lecteur est entièrement pris dans le tourment de cette histoire, se projette dans les scènes et s'imagine en plein combat.

 

« Dès qu'elles émergèrent des buissons, cinq guerriers placés en sentinelle partirent à leur poursuite. Penchée sur la bête, [elle] crispa les doigts de la bride. Le sol défilait rapidement sous les sabots de sa monture. Les cliquetis des fourreaux contre les harnachements des étalons tintaient bruyamment à ses oreilles. L'ennemi était presque sur elles. Un fugace coup d'œil derrière elle lui apprit que la troupe anglaise quittait le couvert des arbres à son tour et se mettait à leurs trousses. »


Ce roman est une succession de batailles, de traitrises, de captures et de violences. Mais aussi et surtout, ce roman est rempli d'amour. Un amour profond comme on en rêverait toutes. Joffrey et Anne de Knox est un couple qui, au creux de cette guerre, n'a rien perdu de la passion qu'il se porte, rien perdu de cette fougue qui les transporte.  

 

« En silence, Joffrey s'approcha et prit place sur le lit, droit et fier, et l'enserra étroitement contre sa poitrine. Avec tendresse, il carressa la crinière de feu de sa femme. Diantre ! Il aimait tant sentir la douceur de ces mèches entre ses doigts. Comme elle lui manquerait pendant les jours à venir. Au cours de la dernière année, il avait appris à affectionner son tempéramment vif et belliqueux, tout comme sa fragilité. »

 

 

 

INTERVIEW

5 Questions à Sonia Alain

 


Comment t'es venu ce goût pour l'écriture ? Et plus particulièrement, pourquoi des romans historiques ?
      J’ai toujours adoré écrire et cela depuis mon adolescence. Déjà à cette époque, je prenais plaisir à écrire la suite de films que j’avais aimé ou encore à inventer des récits imaginaires. Parfois, je faisais lire ces petites nouvelles à mon entourage.
      J’adore lire des romans, surtout des romans historiques et fantastiques, et cela depuis très longtemps déjà. Il était donc normal pour moi d’écrire des histoires dans le même genre littéraire. En quelque sorte, j’écris ce que j’aime lire.

Tu vis au Canada et pourtant, ce roman se déroule en France. Pourquoi ce choix géographique ?
      Étant donné que je voulais écrire une histoire qui se déroulait à l’époque du Moyen Âge, je me devais alors de me transporter en France. Il faut dire que je suis une passionnée de cette période de notre histoire, elle me fascine.

En plein coeur de la guerre de cent ans, ce roman reste malgré tout une histoire d'amour extraordinaire… Serais-tu donc une vraie romantique dans l'âme ?
      Je dois l’avouer, je suis une très grande romantique dans l’âme. J’aime les histoires intenses, emplies d’émotions ou l’amour est réel, pur. Je crois aux histoires d’amour qui durent toute une vie. La preuve, je suis toujours mariée avec le même homme après 25 ans de vie commune et j’en suis toujours aussi follement amoureuse.
      Anne et Joffrey sont deux personnages qui sont fortement éprouvés par les aléas de la vie, la guerre et les complots, pourtant ils demeurent unis envers et contre tout, faisant face à l’adversité, car c’est dans leur amour que réside leur force.

Quels sont tes projets à venir ? Un livre en préparation ?
      J’espère un jour que l’histoire d’Anne et de Joffrey sera portée à l’écran, car je suis convaincue que leur histoire ferait sensation auprès du public. J’essaie de travailler dans ce sens, mais ce n’est pas facile.
      Sinon, j’écris présentement une nouvelle série de 4 romans. Cette fois-ci, il s’agira d’un roman fantastique à saveur historique. J’aime bien cette nouvelle série également. C’est très différent de ma saga historique (Le masque du gerfaut, L’amour au temps de la Guerre de Cent Ans –tome 1 & 2), mais tout aussi intense.


Si tu devais te qualifier en cinq mots, quels seraient-ils ?
      Je dirais : Romantique, Fidèle, Persévérante, Optimiste et Enjouée.

 

 

 


Il ne faut trop en dire sur la suite du roman, mais bien évidemment le lire pour en découvrir toutes les ficelles joliment tirées par Sonia Alain. L'amour au temps de la guerre de cent ans est un livre qui, une fois commencé, n'a plus la force d'être refermé avant la dernière page... Une passion qui dépasse toutes les épreuves, une histoire d'amour comme dans les films, un ouvrage à dévorer sans demi-mesure aussi bien pour les amoureux d'histoire, pour les amoureux d'amour, et pour les amoureux tout court !

« Croisant [son] regard, il s'avança […] de sa démarche féline, un sourire mystérieux sur les lèvres. Relevant lentement son menton du bout des doigts, il plongea dans ses yeux jusqu'au plus profond de son être. Il y percevait toujours la douleur causée […], mais aussi une étincelle de vie sauvage. [Elle] était une battante… Comblé, il l'embrassa avec douceur et l'étreignit tendrement.
Rien ni personne ne lui arracherait ce qu'il avait de plus précieux. Jamais... »

 

 

 

Un grand merci à Sonia Alain, pour sa patience, sa compréhension, sa gentillesse.

Merci d'avoir accepté de répondre à mes questions.

Merci pour ce livre, cette belle découverte du roman historique.

Partager cet article

Repost 0
Published by chroniques-culturelles - dans Littérature
commenter cet article

commentaires